Mon matériel photo

Les débuts

J’ai débuté avec un bridge, le Fujifilm S602 Zoom. Excellent boitier pour débuter, suffisement compact pour être emmené partout et proposant une bonne quantité de réglages.
Il est mort de sa belle mort : en prenant une photo, tout d’un coup, comme ça. Depuis, il a intégré mon début de collection d’appareils photo, à côté d’un autre datant d’avant les rouleaux de pellicules, et du reflex argentique de mon grand père.

Je ne rentrerais pas dans la polémique de comparaison Canon/Nikon. Nous avons acheté un Canon au début car nous connaissions de gens possédant des Canon, qui étaient susceptibles de nous les prêter pour tester.
Le seul conseil que je pourrais vous donner est de faire le choix au départ et de s’y tenir. Inutile de devoir racheter une panoplie d’objectifs 😉

Puis est arrivé un petit reflex, le Canon 350D. Sympathique boitier, on commence à se prendre « pour un grand ». On devient le photographe dans les week-ends familiaux, et petit à petit le virus photo s’installe.
Les premiers réglages dans les modes « prédéfinis »… Les sorties photo évoluent un peu, mon compagnon couvrant des concerts. La qualité du capteur montre ses limites, surtout dans les ISO élevés.
Et puis il faut bien avouer, un boitier pour deux personnes, c’est pas vraiment l’idéal, surtout quand les deux sont mordus de photo !

C’est alors que j’ai investi dans « mon » premier boitier : un Canon EOS 50D.
Il a été mon meilleur ami entre 2008 et 2010 !
Il monte correctement en ISO, même si des fois je le trouve limite lors des spectacles équestres peu éclairés. Le boitier assure une prise en main suffisamment large au niveau de la main pour le tenir quelques heures. Je suis désormais à l’aise pour faire des photos en mode full manuel -et obtenir des photos correctes- sur une session avec variations de lumière.

Mon ami a investi dans un Canon 550D, le petit frère du mien. Son avantage : la vidéo ! La forme est plus fine, donc moins confortable à tenir longtemps. Par contre du coup, il prends un peu moins de place, et est plus léger.

Voici les deux objectifs qui m’ont suivi lors de ma période 50d, je les emmenaient partout tout le temps :

  • Sigma 17-70mm f/2,8-4,5
    Un bon compromis entre grand angle (La cathédrale d’Albi rentre en entier !) et un minimum de zoom. Très bon piqué sur les couleurs, bonne capacité en macro avec très courte distance possible.
  • Canon 55-250mm f/4-5,6 IS
    Mon petit chouchou : 55 étant ce que voit l’œil humain, je sais à partir de quelle distance minimale je peux l’utiliser. Évidemment très pratique en photo animalière, c’est aussi celui que j’utilise en soirée car il est stabilisé.

Et puis une opportunité…

Cette occasion inratable, un ami qui se séparait de son Canon EOS 5d Mark II et de ses objectifs pour un prix défiant toute raison ! De 2010 à 2013 il a été mon précieux, la prunelle de mes yeux, bref… J’en étais ravie !

Sauf que… mes deux objectifs favoris n’étaient pas compatibles avec ce nouveau boitier full-frame. Adieu 55-250, j’ai du réinvestir !

… et encore une autre…

Lors de l’été 2013, j’ai pu investir dans le Canon EOS 5d Mark III. Deux options tellement pratiques, en plus de l’évolution de la qualité, sont le double emplacement pour les cartes mémoires (CF + SD) et la possibilité d’attribuer une note aux photos directement via le boitier, et qui est récupérée dans Lightroom.

J’ai eu l’occasion de tester quelques objectifs :

  • SAMYANG 8 mm f/3.5 Asphérique IF : de près ça fait des photo rigolotes, mais j’avoue que c’est pas mon truc. En revanche, pour les paysages d’Islande il était parfait. Hélas pas compatible full-frame 🙁
  • Canon 24-105mm f/4 série L IS : très polyvalent, mais manque de piqué face au f/2.8 dont j’ai l’habitude.

A ce jour, mon matériel

Au quotidien :

Boitier : Canon EOS 5d Mark III

Objectif : Canon 70-200mm f/2.8 série  L IS : mon favori de chez favori, il ne quitte jamais mon 5d, ou presque. Un piqué incroyable, une profondeur de champ à tomber… Mon seul regret, si le sujet est encore loin (> 50m), la mise au point se fait un peu avant le sujet. Un défaut certainement dû à un petit choc, il faudrait que je l’envoie au constructeur pour révision ! En attendant, je reste dans sa distance d’excellence et j’en suis comblée.

Objectif : Tamron 24-70mm f/2.8 : que j’utilise quand le 70-200 a trop de zoom. Par exemple lors d’un shooting au bord d’une petite carrière ou en rond de longe. Ou pour de l’évènementiel et autres photos de groupe. C’est également lui que j’emmène lorsque je suis photographe à cheval !

D’autres objectifs que j’ai conservé, qui m’accompagnent parfois au gré des voyages :

  • Canon 17-40mm f/4 série L : idéal pour les photos de bâtiments, en petits intérieur nécessitant un grand angle
  • Canon 50mm f/1.4 : excellent bokeh, parfait pour les portraits, pas forcément pour la photo animalière.
  • Canon 85mm f/1.8 : idéal pour la photo animalière « maitrisée ». C’est l’inconvénient des focales fixes, de devoir composer avec la distance qui nous sépare du sujet. Pour du portrait équin éventuellement. Et encore, quand le 70-200 f/2.8 manque de luminosité, et c’est rare… C’est aussi celui que je prends si je dois faire des photos pendant un spectacle nocturne et que le 70-200 semble trop « pro » pour les vigiles à l’entrée. Rigolez pas, ça m’est arrivé !
  • Canon extendeur 2X (pour objectifs Canon série L)

Quelques accessoires :

  • Trépied et monopied
  • Ceinture  d’attache « Spider Holster »
  • Filtres UV
  • Filtres gris neutres (ND8, ND400)
  • Filtre polarisant
  • Télécommande intervallomètre

Matériel de studio

  • Support de toile de fond (4m de haut sur 5m de large)
  • Toile de fond unie beige (2m30 de haut sur 5m de large)
  • Toile de fond à motif batik marron (6m de haut sur 3m de large)
  • Réflecteur
  • Boite à lumière « Cubelite » 90cm x 90cm

Vous avez des questions ? Contactez-moi ou laissez un commentaire 😉

Laisser un commentaire